Jean de l’Ours, Olivier de Robert

LE CONTE :

Après avoir écouté sur YouTube l’histoire de JEAN DE L’OURS, merveilleusement racontée PAR OLIVIER DE ROBERT – Les conteurs Pyrénéens – Ariège – TV Izard – Esprit des Pyrénées… (CLIQUER ICI…)
vous êtes invités à REVENIR SUR CETTE PAGE POUR EN LIRE UNE ANALYSE !

 

MON DÉCRYPTAGE DE JEAN DE L’OURS :

Un ours enlève une bergère. L’animal s’adonne-t- il seulement à ses insctincts bestiaux ou est il séduit par l’humanité de la jeune fille ? Il croit la posséder en l’emprisonnant dans une grotte ! Est elle envoûtée par son animalité, esclave de ses sens, ou bien soumise à sa force brute ? L’histoire dit seulement que de leur rencontre naît un bébé.

Dans le monde animal, les êtres ne sont pas nommés et c’est donc sa mère qui l’appelle Jean. Lorsqu’il grandit, elle lui raconte sa nostalgie du village, sa civilisation. Redevient elle humaine au travers de ses sentiments pour son fils ? Elle lui enseigne l’amour. Il lui promet en retour qu’il la délivrera. Mais un enfant dépend de ses deux parents pour survivre. Si la maman est assujettie à la brutalité d’un époux, l’enfant sera aussi prisonnier de ses pulsions animales. Au début, il est trop faible pour résister à la toute puissance du père. Il lui faudra atteindre l’âge de raison pour se libérer de son joug : À sept ans, il parvient à soulever la roche obstruant la grotte qui les emprisonnait, lui et sa mère. C’est donc en alliant les qualités de ses deux parents, la puissance physique de l’un, l’amour, le rêve de liberté et le raffinement de l’autre, qu’il parvient à se rapprocher des humains.

Ce n’est que lorsqu’il commence à vivre parmi eux que l’enfant reçoit un nom de famille : Jean de l’Ours. Si le prénom donné par sa mère est humain, son nom de famille tient sa particule noble de son animal de père, un sobriquet qui exprime tout le paradoxe de sa naissance ! Est ce un déclassement ou le contraire ? Au village de sa mère, il subit les moqueries des autres, l’inhumanité parmi les humains. Bientôt, il doit s’enfuir pour leur échapper, mais aussi pour les épargner, car sa force brute les menace. D’ailleurs, dans sa maturation, un individu ne doit il pas, prendre de la distance par rapport au monde maternel ?

Gravure du 15e siècle montrant un hybride né d’un ours et d’une femme.

De multiples aventures que le conteur ne précise pas lui surviennent dont il ressort toujours vainqueur… grâce à sa force…

Mais un jour, la soif lui vient, une immense soif. Il se retrouve devant la margelle d’un puits, un puits sans fond. Y découvrira-t il de l’eau pour étancher sa soif, celle originelle du ventre maternel, ou bien les secrets de son inconscient ? Jean de l’Ours plonge dans ces profondeurs et découvre un château. Pour un jeune homme si rustre, c’est une riche trouvaille ! Une princesse y est prisonnière d’un mauvais diable, comme sa mère l’était d’un méchant. Notre héros et la jeune fille s’éprennent l’un de l’autre. Il voudrait la délivrer comme il a voulu délivrer sa mère. Comme son père l’ours, Jean s’émeut d’une femme plus subtile que lui. L’histoire de répète d’une générations à l’autre, mais en s’affinant, car il est déjà un demi-homme et une princesse, vouée à dominer le pays, est plus noble qu’une bergère.

À droite, illustration d’Édouard Zier représentant Jean de l’Ours (1885)  

Au fond d’un puits, la vision est trouble, au fond de l’inconscient, le thème obscur. Le méchant des contes, est toujours figuré par l’autre, symbolisé ici par le mauvais diable geôlier de la princesse ! Cependant, on pourrait interpréter que Jean revit le combat intérieur de son père l’ours, comme celui de tout homme, entre user de sa force musculaire pour dominer… ou protéger les femmes ? Il doit lutter contre le Diable en lui même. De même, la princesse, comme toute femme, doit choisir entre se soumettre ou se positionner en égale de l’homme ! L’amour peut il être profond lorsque l’un est assujetti à l’autre ? Jean de l’Ours doit il libérer sa propre féminité pour atteindre un niveau d’évolution supérieur ? La princesse décrite par le conteur est extraordinairement passive, absente en tant que sujet. Devra-t elle développer son animalité et sa masculinité pour exister à part entière et être en mesure de partager sa civilité ?

Un aigle blanc propose aux amoureux de s’envoler avec lui. Par sa faculté de s’élever du sol, l’oiseau symboliserait l’esprit, ou l’intelligence. La couleur blanche serait la pureté, ou la lumière, la transcendance. Cet aigle blanc là n’est pourtant pas un pur esprit ! Il doit se nourrir de matière réelle pour sortir notre héros et sa princesse du trou. Jean de l’Ours lui offre d’abord tout ce qu’il possède, pain, fromage… Mais cela n’est pas suffisant ! Sans aliments concrets, l’oiseau perd son énergie, rechute, sombre à nouveau dans l’obscurité. Bientôt, c’est un morceau de sa cuisse, sa propre viande, à laquelle notre héros renonce pour aider le rapace à reprendre son ascension vers la lumière.

Que pourrait signifier ce cannibalisme très particulier ? Lorsqu’on se ronge les sangs, c’est que l’on plonge et replonge dans la souffrance. Est ce une étape nécessaire pour éclairer son inconscient ? Il semble bien que Jean doive abandonner une part de sa force physique ! Est ce pour la transformer, en force psychique ? La nourriture de son esprit dépend elle d’une meilleure conscience de ses pulsions inférieures ? Doit il consommer la chair de la princesse avec la sienne pour rencontrer son âme, ou, pour cela, s’en détacher ? Doit il prendre conscience que la princesse est une personne en la sortant de son rôle d’Anima passive ? Quand à elle, pour s’ennoblir au delà de son statut, doit elle choisir un homme, un Animus qui a développé d’autres valeurs que la puissance brute ? Jean, la princesse et l’aigle pourraient n’être qu’une seule et même personne ! Pour s’accomplir, l’être humain.e doit il.elle ingurgiter, ou faire épouser masculin et féminin en lui même ? Ainsi, l’homme animal, par le sacrifice d’une part de son agressivité, la princesse avec son humanité de femme, et l’aigle, avec son intelligence apte à s’élever, parviennent ils tous trois, ensemble, à se libérer.

Un être humain s’accomplit par son corps, coeur et esprit !

Les couples aussi ! C’est peut être, l’amour entre ces deux qui permet à chacun de s’élever. Ils s’épanouissent par leurs pulsions primitives, animales, mais aussi dans une acceptation plus globale et transcendante de la liberté de l’autre, une conscience donnée par l’aigle ! En suite de la remontée du puits, on peut imaginer que les deux amoureux ne voudrons pas s’emprisonner l’un l’autre, ni dans une grotte, ni un château, fût-il doré. Le roi, père de la princesse, sacralise le couple qu’elle forme avec Jean De l’Ours. Notre héros peut espérer devenir roi un jour, grâce à sa reine… Et leurs enfants, qui descendent de la montagne, ou du fond des âges, nous tous, appartenons à la grande monarchie de sang mêlé, humaine et animale. De ces origines nous pouvons être fiers !

 

L’ours, de Pitiggliano, ancêtre mythique de la dynastie Orsini. La famille Orsini (en latin Ursinis et en français « des Ursins ») est l’une des familles princières les plus importantes de l’Italie médiévale et de la Renaissance…

Ce conte pourrait évoquer l’histoire des humains depuis la préhistoire. Pour sauvegarder leur progéniture, les femmes, plutôt cueilleuses, se sont confinées aux abords des grottes et, des millénaires plus tard, dans des maisons ou châteaux. Pendant ce temps, les hommes chassaient ou guerroyaient. Au retour, certains d’entre eux sont devenus prédateur familial. Grottes et châteaux sont alors devenues prisons. Depuis, l’humanité expérimente une alternance de cultures basées sur l’asservissement des femmes par les hommes, avec d’autres ou les relations entre époux sont plus égalitaires. Lorsque les enfants grandissent dans une famille basée sur une relation dominant/dominé, ils sont tentés plus tard de reproduire ce modèle dans la société et tout leur environnement. Les régimes politiques suivent ce prototype despotique avec leur peuple… et l’ensemble du monde naturel.

Y aura-t-il toujours une part de brutalité dans l’être humain ? Si hommes et femmes parvenaient à une relation équitable, serait ce les relations entre tous les membres de la société, mais aussi celles avec la nature qui s’harmoniseraient ?

Ce mythe fondateur pourrait nous montrer le chemin vers plus d’humanité. Il se pourrait que la civilisation progresse mieux en reconnaissant ses origines animales, en les aimant, ainsi que la princesse du conte a aimé son rustre époux. Comme le suggère le conteur Olivier de Robert, l’ours que sans cesse les hommes tentent de combattre représenterait notre part rustique que nous voudrions détruire sans comprendre qu’elle est indispensable à notre survie. Elle est notre vitalité ! Comme nos ancêtres Jean de l’Ours, la princesse et l’aigle ont allié leurs qualités pour sortir du puits et comprendre le monde d’en haut, une société future évoluera avec la pleine conscience que sur terre, humains, animaux et plantes, nous sommes tous interdépendants.

 

VOILÀ MON INTERPRÉTATION… MAIS IL Y EN A PEUT ÊTRE D’AUTRES. QUELLE EST LA VÔTRE ?

Il existe de nombreuses versions du conte. En voici une… Cliquer

De part et d’autre des Pyrénées et en Occitanie, l’ours est élevé au rang de héros et célébré. Photo de gauche, fête de l’ours lors du carnaval à Prats de Mollo, dans les Pyrénées Orientales… Cliquer 

Dans de nombreuses cultures, l’ours, animal mythique, nommé « être qui marche debout », ou « vieux père », est considéré comme un ancêtre de l’homme… Cliquer

Et pour conclure, voici comment rugissent les ours… Ciquer